PromesseS utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

Le Dr Guillaume Fond (Praticien hospitalier- enseignant chercheur à l’Hôpital La Conception Faculté La Timone) nous informe de la parution en avril 2019 d’une étude dans la revue Nature Neurobiology, selon laquelle des chercheurs ont pu mettre en évidence que la forme déficitaire de la schizophrénie était associée à des marqueurs de perméabilité intestinale. L'intestin est normalement imperméable pour se protéger des agressions du bol alimentaire, et dans certaines conditions pathologiques (comme une inflammation, une perturbation du microbiote par exemple) il peut devenir perméable, les jonctions entre les cellules n'étant plus fonctionnelles. 


Selon le Dr Fond, "cette étude est une révolution dans le champ thérapeutique. Il existe peu de traitements efficaces dans la forme déficitaire de la schizophrénie qui a des conséquences lourdes pour les patients et leurs familles. Avec cette étude, nous avons pour la première fois des marqueurs qui permettraient d'identifier les patients avec un intestin perméable. De nouvelles stratégies thérapeutiques pourraient alors être déployées, comme un changement alimentaire, des probiotiques ou une greffe de microbiote intestinal."


L’étude est ici : Upregulation of the Intestinal Paracellular Pathway with Breakdown of Tight and Adherens Junctions in Deficit Schizophrenia.

Maes M, Sirivichayakul S, Kanchanatawan B, Vodjani A.
Mol Neurobiol. 2019 Apr 10. doi: 10.1007/s12035-019-1578-2. [Epub ahead of print]
PMID: 30972627

Pin It