PromesseS utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

Actions pour la dé-stigmatisation

Non Monsieur Collomb, les schizophrènes ne sont pas des terroristes !

Non Monsieur Collomb, les schizophrènes ne sont pas des terroristes ! - Huffpost 1.4.2018

A lire une tribune de Bénédicte Chenu de PromesseS, en réaction aux propos stupéfiants du ministre de l'Intérieur, le 28 mars 2018, jour de la cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat dans l'Aude.

Associer la schizophrénie à ce type de comportement est loin de la réalité d’un trouble neuronal, subi.




 

 

Capture-decran-2018-05-01-a-191002

 

 

Monsieur le ministre de l'Intérieur,

Au lendemain des attentats de Barcelone, le 18 août 2017, au micro de RTL vous avez annoncé vouloir "mobiliser l'ensemble des hôpitaux psychiatriques et des psychiatres libéraux" pour identifier les terroristes potentiels.

La quasi totalité de la communauté médicale dont les plus grands experts pyschiatriques et les associations se sont insurgés contre votre appel.

Vous ne pouvez ignorer aujourd'hui que seulement 0,2% des crimes sont commis par des personnes avec une schizophrénie. Et que toutes les études internationales montrent qu'il y a une très faible proportion de malades psychiques parmi les personnes ayant commis des attentats, entre 4% et 7%.

Lire la suite ICI

 

 

JDS 2018, retour sur le programme de PromesseS - Salon du Livre de Paris

Salon du Livre de Paris : la schizophrénie sous le signe du rétablissement

 
Capture-decran-2018-04-02-a-192445
 
 

Pour sa première participation aux JDS (Journées De la Schizophrénie), PromesseS a organisé plusieurs manifestations en région parisienne dont nous présentons ici un panorama en images (voir aussi les autres articles de cette rubrique).
Premier pari réussi : porter la Schizophrénie haut et fort dans les allées du Salon du Livre de Paris.
 

 

 
 
2018-03-Salon-du-livre-3logos
 

Déstigmatiser, changer le regard sur la schizophrénie en s’appuyant sur des témoignages de personnes concernées venues échanger avec les visiteurs sur leur expérience, sur les nombreuses idées fausses qui circulent au sujet de cette maladie, tel était le pari du Collectif schizophrénies et de PromesseS en choisissant de participer au Salon du Livre à Paris, (Porte de Versailles /16-19 mars).

Il s’agissait aussi de redonner espoir, et de faire savoir qu’il existe aujourd’hui des traitements et des parcours de soins qui permettent le rétablissement et l’intégration sociale du patient.

SOUS LE SIGNE DU RETABLISSEMENT

Un stand au final sous le signe du rétablissement, avec une vingtaine d’ouvrages en vente témoignant de parcours de vie de personnes rétablies et de l’engagement de soignants qui ont mis le rétablissement au cœur de leur pratique.

D’autres arguments ?  Les témoignages « vivants » de 9 auteurs venus à la rencontre des lecteurs dans le cadre de la dédicace de leur ouvrage.

SUCCES DES DEDICACES

Cette participation n’allait pas de soi au départ. La bannière « schizophrénie », qui n’avait jamais été brandie sur ce Salon, allait-elle rebuter le public ?  Le stand, certes coloré et convivial, mais quelque peu à l’écart des grands flux de visites (prix oblige) allait-il rester inaperçu ? Eh bien non. Nous avons accueilli et informé de très nombreux visiteurs, vendu quelque 200 livres - qui ont occasionné presque autant de dédicaces -, distribué des centaines de flyers, marque-pages, badges… et noué des contacts très prometteurs. Les rencontres des auteurs avec le public ont été l’occasion de très riches échanges, très appréciés de part et d'autre.

QUI EST VENU ?

Nos visiteurs étaient d’origine diverses : professionnels de santé, familles en détresse, jeunes engagés dans l’action sociale ou religieuse. Certains avaient été alertés par les réseaux sociaux, d’autres par la radio (France Info, RFI), la télévision (France 5, Magazine de la Santé). La plupart cependant sont venus un peu « par hasard », mais tous concernés à des degrés divers. Une dizaine de membres de PromesseS se sont relayés au cours de ces quatre journées pour faire de cette manifestation un succès.

                                                            

Pour connaître la liste des livres présentés et leurs auteurs, rendez-vous dans la rubrique "Littérature et Schizophrénies" de ce site.

  • Le salon en images :

Capture-decran-2018-04-03-a-125844

 

A l'occasion du Salon du Livre, le Collectif schizophrénies a réalisé un micro-trottoir pour savoir quelles connaissances de la schizophrénie avaient les visiteurs. Pour voir la vidéo, cliquez sur l'image.

JDS 2018, retour sur le programme de PromesseS – Vivre ! au théâtre Le Ranelagh

Vivre ! Histoire d'une guérison par l'art

 
Capture-decran-2018-04-02-a-192445
 
 
 

Pour sa première participation aux JDS (Journées De la Schizophrénie), PromesseS a organisé plusieurs manifestations en région parisienne dont nous présentons ici un panorama en images (voir aussi les autres articles de cette rubrique).
 

En ouverture, représentation théâtrale au Ranelagh :

 

Salle comble (260 spectateurs) dans le pittoresque Théâtre du Ranelagh (Paris) privatisé par PromesseS le 12 mars, pour une représentation exceptionnelle de Vivre !
 
Créée et interprétée par Juliette Thiérrée, cette pièce retrace le parcours poignant, et drôle à la fois, de la grande artiste Niki de Saint Phalle, qui a trouvé dans une création artistique intense la force de « guérir » ou tout du moins de se faufiler à travers les mailles d’un traumatisme psychique de l’enfance. Un spectacle fort où se mêlent les tourments et  bonheurs
 

d’une artiste peintre-sculptrice dont les œuvres gaies et colorées continuent de nous interroger (entre autres) sur les vertus thérapeutiques de la création artistique.

Cette soirée très conviviale a été ouverte 1 heure avant la représentation par un cocktail particulièrement réussi offert et organisé par l’association. Jean-Charles Deval, parrain des JDS, a inauguré la soirée, aux côtés de Claire Calmejane présidente de PromesseS.

De nombreux flyers, programmes, plaquettes et brochures (Paroles de Profamille) ont été diffusés.

 
  • La soirée du Ranelagh en photos :
Capture-decran-2018-04-03-a-143724
Capture-decran-2018-04-03-a-181443L’affiche du spectacle sous le signe de la silhouette verte, symbole des JDS.
 

 

JDS 2018, retour sur le programme de PromesseS - 3 conférences "déstigmatisantes"

JDS 2018, retour sur le programme de PromesseS - 3 conférences "déstigmatisantes"

 
 
Capture-decran-2018-04-02-a-192445
 
 
 
 

Pour sa première participation aux JDS (Journées De la Schizophrénie), PromesseS a organisé plusieurs manifestations en région parisienne dont nous présentons ici un panorama  (voir aussi les autres articles de cette rubrique).

3 conférences « déstigmatisantes »  :

Salles combles (300 personnes) pour les 3 conférences « déstigmatisantes » organisées par PromesseS autour du thème de la perception du mot et de la réalité de la maladie dans le grand public… qui formait l’essentiel des auditeurs.

Films, séries et jeux vidéo laissent parfois certes entrevoir une vision fine et juste des troubles, mais

le plus souvent ils installent et font perdurer dans les esprits les mêmes clichés erronés : la confusion entre schizophrénie et le trouble de la personnalité multiple, l’association de la schizophrénie à la violence, l’assimilation de la maladie mentale au génie ou talent artistique, l’explication grossière d’une cause à rechercher dans un psycho-traumatisme familial, pour ne citer que les plus fréquents.

 

  • Cinéma et Schizophrénie (Médiathèque F. Sagan, Paris)

Violence, dédoublement de la personnalité, asiles mouroirs, Marine Raimbaud, psychiatre (SHU Sainte-Anne) a montré, dans une présentation riche en extraits de films, comment la réalité de la maladie et de l’établissement psychiatrique était maltraitée, sinon dévoyée, dans le cinéma depuis ses origines… et encore aujourd’hui. 

  • Schizophrénie 2.0. Schizophrénie & séries télé et jeux vidéo (Médiathèque Buffon, Paris)

Même démarche, même constat, cette fois dans le monde des séries et des jeux, par Jeff et Chris, deux psychiatres co-fondateurs de la chaîne Psylab sur youtube et auteurs de vidéos non sans humour, et résolument didactiques pour expliquer, décrypter, et démystifier les maladies mentales et la psychiatrie.

  • Comment le terme schizophrénie modifie à lui seul notre façon d'interagir  (Théâtre des Sablons à Neuilly).

Nicolas Rainteau, psychiatre, chef de clinique à Montpellier, auteur d’une thèse sur l’impact social du mot schizophrénie, a montré comment le comportement de volontaires à un test se modifiait radicalement dès l’instant qu’ils croyaient avoir affaire à un interlocuteur souffrant de troubles schizophréniques.

 

 
Capture-decran-2018-04-08-a-172926
 

Félicité Herzog, marraine des Journées de la schizophrénie, a introduit la conférence Schizophrénie 2.0. Elle a évoqué parcours de son frère,
qui souffrait de schizophrénie, et auquel elle a rendu hommage dans le roman «Un héros ». Pour voir la vidéo, cliquez sur l'image.
 
 

 

JDS 2018, Retour sur le programme PromesseS - L'Info sur le terrain

JDS 2018, Retour sur le programme de PromesseS - L'info sur le terrain

 
Capture-decran-2018-04-02-a-192445
 
 

 

Pour sa première participation aux JDS (Journées De la Schizophrénie), PromesseS a organisé plusieurs manifestations en région parisienne dont nous présentons ici un panorama en images (voir aussi les autres articles de cette rubrique).

 

  • L'info sur le terrain, en entreprise et à Villabé

Un stand, des flyers… des membres de PromesseS, une manière efficace d’aller à la rencontre des idées reçues sur la maladie.

Ainsi, 2 manifestations ont été organisées par la Mission Handicap de BNP Paribas Cardif, mobilisée par une adhérente de PromesseS.

Celles-ci ont pris la forme d’un stand de l'association au sein d’une « Rue de la santé mentale » organisée par l’entreprise, pour informer sur PromesseS et les JDS, puis la semaine suivante, d’un concert Gospel dans l’auditorium de la même entreprise au profit de PromesseS.

En outre, pendant toute la période des JDS, les plateaux du restaurant d’entreprise ont été habillés de sets de table portant un message d’information, de sensibilisation à la schizophrénie.

 

 

Capture-decran-2018-04-04-a-100037
"Rue de la santé mentale" chez BNP Cardif
 
Capture-decran-2018-04-04-a-100015
Présentation des JDS par Claire Calmejane, à l'occasion du concert gospel donné au sein de l'entreprise
 

 

Dans le même temps, un stand d'information à la médiathèque Alain Ramey de Villabé, et sur le marché de la ville, étaient organisés, grâce à l'excellent accueil réservé par la municipalité.
Capture-decran-2018-04-04-a-103042
A la médiathèque Alain Ramey de Villabé
 

 

 

JDS 2018, allons à la rencontre du grand public pour informer et gommer les tabous

JDS 2018,  allons à la rencontre du grand public pour informer et gommer les tabous

JDS-FLYER

Les « Journées de la Schizophrénie » (JDS), organisées par PromesseS et le Collectif Schizophrénies auront lieu en France dans la période du 17 au 24 mars 2018.

Elles s’articuleront autour de manifestations grand public, avec un message clair et positif pour déstigmatiser la maladie et faciliter l’accès aux soins.

Par exemple ? En organisant des concerts, expositions, événements sportifs, des campagnes de photos de la silhouette verte, emblème de ces Journées, avec des personnes célèbres ou des inconnus … 

Vous aussi, pouvez participer à cette campagne,  et lui permettre d’acquérir une plus forte visibilité.

Comment ? En vous rapprochant d’un club, ou d’une association sportive, ou culturelle de votre connaissance, et en leur proposant d’organiser un événement, aussi modeste soit-il, voire, en leur demandant de dédier aux JDS une manifestation qu’ils organiseraient de toutes façons durant cette période.

Vous pouvez vous faire une idée des événements organisés les années précédentes en consultant le site de notre partenaire, l’association suisse L’Îlot, qui organise ces journées depuis 2004 : http://www.info-schizophrenie.ch/
A voir également ci-dessous, la vidéo de recherche de partenaires/sponsors réalisée pour 2018 :

 

 

 

Fort Boyard : France Télévisions mise en garde par le CSA pour l’épreuve de ‘L’asile/La cellule capitonnée »

Fort Boyard : France Télévisions mise en garde par le CSA pour l’épreuve de ‘L’asile/La cellule capitonnée »

Le Collectif Schizophrénies, dont fait partie PromesseS, s’est insurgé, contre la séquence "L’asile/La cellule capitonnée" présentée cet été à l’émission Fort Boyard : entravé par une camisole de force, un candidat est enfermé dans la Cellule capitonnée du Ford, taguée de « No Future » « help », « SOS » … Pour récupérer la clé avec la bouche, il doit se contorsionner à « en devenir fou ». Madame Adeline Hazan (CGLPL) a été sollicitée ; le CSA et le Défenseur des droits ont été saisis.

Finalement, le CSA a publié  le 11 septembre une mise en garde à l’encontre de France Télévisions.

 
 
 
 
 

Notre commentaire

 

Capture-decran-2017-09-26-a-230616

Nous sommes satisfaits que notre tribune dans le Monde, nos courriers à Mme Adeline Hazan (CGLPL) et au CSA aient enfin contribué, avec toutes les autres mobilisations d’ associations d’usagers et de proches, mais aussi de professionnels de santé, à une réaction officielle.

Nous regrettons que toutefois qu’il faille encore de nos jours « déplacer des montagnes » pour obtenir que soit reconnu « le caractère caricatural et stigmatisant à l’égard des personnes souffrant de troubles psychiatriques ou psychiques » d’une émission dite de divertissement prétendant décrire « un univers de fiction comme beaucoup d’autres » mais représentant sur le fond des situations quotidiennement vécues dans les hôpitaux en psychiatrie. Le tout sur un chaîne de service public …

 

Cette mise en garde du CSA à l’égard de France Télévisions est l’occasion de signaler l’article « Comment Fort Boyard m’a rendu fou » publié sur son blog "Comme des fous" par Joan, qui s’est lui aussi largement mobilisé tout l’été contre la séquence  de "L’asile/La cellule capitonnée"

Lire Comment l'asile de Fort Boyard m'a rendu fou

 

A signaler également, l’article qui lui a été consacré par Pierre Bienvault dans La Croix du 19 septembre sous le titre « Comment l’asile de Fort Boyard m’a rendu rendu fou »

« En juillet, Joan, animateur d’un blog sur la folie, a dénoncé une séquence stigmatisante dans l’émission « Fort Boyard ». Il a fini l’été hospitalisé en psychiatrie.

Pendant un mois, Joan a disparu des réseaux sociaux. Puis, la semaine dernière, cet architecte de 29 ans s’est remis devant son ordinateur pour écrire un billet sur le blog, « comme des fous », qu’il a lancé il y a presque deux ans. Un blog qu’il coanime avec d’autres personnes atteintes de troubles psychiques pour « changer les regards sur la folie ». Dans ce billet, Joan raconte une histoire douloureuse et teintée d’amertume. « Comment l’asile de Fort Boyard m’a rendu fou », écrit-il en évoquant une polémique qui a mobilisé le monde de la santé mentale durant tout l’été. »

Lire ICI la suite de l’article de La Croix

 

​Création du Collectif Schizophrénies

Création du Collectif Schizophrénies

PromesseS  est membre fondateur du Collectif Schizophrénies, créé en juillet 2015.

Association déclarée, loi du 1er juillet 1901, le Collectif Schizophrénies regroupe les 6 associations françaises dédiées à cette pathologie, Schizo Oui ?, Schizo Espoir, Schizo Jeunes, Schiz’osent être, Solidarité Réhabilitation et, bien sûr, PromesseS.

 

Alors que la schizophrénie touche en France 600 000 personnes et 3 à 5 millions en comptant parents et fratries,  un Collectif est indispensable pour faire entendre plus fortement la voix des patients et des familles les accompagnant, renforcer l’information sur cette pathologie, mobiliser l’opinion et la puissance publique pour permettre la mise en place de solutions à la hauteur de l’enjeu de santé publique qu’elle représente.

Cliquez ici pour télécharger le communiqué sur la création du Collectif

Etude sur « L’image de la schizophrénie à travers son traitement médiatique »

Etude sur « L’image de la schizophrénie à travers son traitement médiatique »

L’étude « L’image de la schizophrénie à travers son traitement médiatique » menée par par le cabinet l'Obsoco, mandaté par PromesseS, constitue un travail de référence sur les représentations de la maladie dans les médias, principal vecteur d’information du public. Cette action s’inscrit dans l'objectif général de Promesses de contribuer à déstigmatiser les schizophrénies.

Le congrès de l’Encéphale, qui s’est tenu de 20 au 22 janvier 2016 sous l'égide de la Fondation Deniker, avait accepté de mettre à son programme notre étude sur la représentation de la schizophrénie dans la presse française. Elle y a été présentée sous la forme d’une "communication orale affichée", à savoir un poster dans les salles du Congrès, et une présentation en conférence par le Dr Yann Hodé. Nous avons eu l'immense fierté d'apprendre le 22 janvier que Yann Hodé avait reçu le prestigieux prix du comité scientifique pour sa communication. Dr Yann Hodé, Fabienne Blain, Claire Calmejane réunis autour du prix de la communication scientifique décerné lors du Congrès de l’Encéphale.

Le communiqué de presse annonçant la sortie de l’étude a été envoyé à plus de 800 journalistes. Il a été l’occasion non seulement de dénoncer le mauvais traitement du sujet dans les médias, mais également, en annexes, d’informer sur les réalités de la maladie et de proposer des pistes de progrès pour mieux en rendre compte à l’avenir.

Les retombées sont d’ores et déjà notables au niveau de la communauté médicale : outre le Prix obtenu au Congrès, l’étude a fait l’objet d’articles dans Le quotidien du médecin et sur le site santé mentale.fr. Elles sont également significatives auprès du grand public puisqu'à ce jour Le Monde, Le Point, Europe1, et Les Echos y ont consacré un article ou une chronique, repris de nombreuses fois sur les réseaux sociaux, ce dont nous les remercions.

Nous poursuivons cette action par la diffusion de l’étude auprès d’un certain nombre d’acteurs de la santé publique et des institutions politiques.

Pour en savoir plus cliquez sur ce lien

​Soutien à la réalisation du film « Momo le chiffonnier »

Soutien à la réalisation du film « Momo le chiffonnier »

MOMOJPG

Promesses est fier d’avoir contribué au financement de ce film sur la vie de Momo le chiffonnier, qui vit avec courage sa schizophrénie.
Ce film, qui sera diffusé par France Télévision est en cours de tournage par la réalisatrice Alexia Sauvageon. Il a vocation à diffuser un message positif et à montrer l'intégration des personnes souffrant de schizophrénie dans la société et dans leur entourage proche.
Il s'agit d'une websérie documentaire, « tournée comme une fiction », de 8 épisodes de 6 minutes. Il sera diffusé par " IRL " le site internet de France Télévisions dédié aux nouvelles écritures et est produit par la société Un Monde Meilleur.
Le film a pour décor un quartier populaire de Paris, Ménilmontant. Il parle d'un monde où chacun a sa place, d'amitié, de recyclage anti-gaspillage, de lutte contre la maladie, d'espoir, de joie de vivre et surtout de courage face à la schizophrénie....
Drôle et attachant, Momo doit en effet lutter contre un démon qui le hante la nuit et dont il n'ose pas dire le nom... Un jour, il fait une rencontre qui lui ouvre d'autres horizons. Momo réussira-t-il à vaincre ses peurs et ce personnage maléfique pour changer de vie ?

Promesses a fait un don en tant qu’association et nombre de ses membres à titre individuel. Notre association « figurera au générique ».
Nous vous préviendrons de sa sortie. Pour plus d’information sur ce projet et pour découvrir les premières séquences du film : https://www.kisskissbankbank.com/momo-le-chiffonnier-webserie-du-reel-a-menilmontant--2

 

Interventions de déstigmatisation auprès de publics ciblés

Interventions de déstigmatisation auprès de publics ciblés

psycom benedicteLes interventions de proches auprès d’acteurs publics en contact potentiel avec des malades font partie du travail de terrain, parfois ingrat mais ô combien important, pour les sensibiliser à la maladie, à ses conséquences et aux bienfaits de la psycho-éducation.

Ainsi depuis 2015 des membres de Promesses interviennent-t-ils lors de réunions de sensibilisation organisées par le Psycom* auprès des bailleurs sociaux et des mairies, dans le cadre de sa mission de déstigmatisation des troubles psychiques.
Ces interventions prennent la forme de témoignages sur la maladie, ses conséquences, sa prise en charge… par des membres de Promesses.

Pour en savoir plus : nous contacter par le formulaire Contact.

*Le Psycom est un organisme public d'information, de formation et de lutte contre la stigmatisation en santé mentale : http://www.psycom.org