PromesseS utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

Bonjour, 

Fidèle lectrice d'ALETEIA, je me permets de réagir à l'utilisation du terme "schizophrène" dans votre article de ce jour intitulé " Suis-je un chrétien schizophrène".

Ce mot ne signifie absolument pas "dichotomie", "paradoxe" ou "ambivalence".

Le terme schizophrénie a été créé en 1911 par un psychiatre pour définir une maladie mentale grave du système nerveux central ; elle touche 1% de la population mondiale toutes cultures et tous milieux confondus – 600 000 personnes en France, 3 millions de personnes si l’on tient compte des parents et frères et sœurs.

Elle est source de très nombreuses souffrances (5 à 10% des malades meurent par suicide, espérance de vie réduite de 25 ans).

La plupart des familles qui ont un enfant concerné par ce trouble souffre du fait que la presse en parle la plupart du temps non pour informer mais dans le cadre d'emplois métaphoriques ou pour contribuer à diffuser des préjugés.

Je constate que l'emploi que vous avez fait de ce terme illustre que vous avez à minima une méconnaissance mais peut être également des préjugés. Je ne peux pas vous en tenir rigueur, c'est le cas de la majorité de la population. Cependant, comme citoyenne et mère d'un jeune souffrant de cette maladie, c'est mon devoir de vous sensibiliser à cela et au bon usage de ce terme. L'ambivalence ou le maintien de positions contradictoires n'a aucun rapport avec le sens du terme de schizophrénie.

Plus que la maladresse liée à l'emploi de ce terme, ce qui me peine c'est de voir que de nombreux journalistes ne connaissent pas une pathologie qui est en fait un problème majeur de santé publique.

Un bébé sur 100 qui naît aujourd'hui présentera ce trouble à l'age adulte. Elle se déclare chez les jeunes de 15 à 25 ans qui sont doublement pénalisés puisqu’aux difficultés et à la souffrance liées à la pathologie s’ajoute la stigmatisation attachée à cette maladie dans la mentalité collective. Or avec 1% de personnes malades, il y a forcément quelqu’un vivant avec la schizophrénie dans votre entourage, mais vous le ne savez pas, justement car cette maladie est très stigmatisée.

Son traitement par les médias contribue à cette stigmatisation, comme le montre l’étude réalisée en 2015 par le cabinet l’ObSoCo mandaté par l’association PromesseS, sous le titre « L’image de la schizophrénie à travers son traitement médiatique, trois conclusions et une hypothèse - Étude lexicographique et sémantique - Obsoco - PromesseS - décembre 2015 ».

Je vous invite à prendre deux minutes pour en lire les conclusions à l’adresse http://promesses-sz.fr/la-destigmatisation.html

Et, si vous souhaitez en savoir un peu plus sur cette maladie :

http://www.promesses-sz.fr

http://www.collectif-schizophrenies.com/

Je vous remercie d'avance pour votre attention.

Karine Forterre

Pin It